Adulte surdoué ?
copyright 2007 - D.Leblanc
Accueil
Le QI
Etes-vous surdoué ?
Sûr d'être surdoué !
Ca se soigne ?
Pas surdoué ?
Adulte surdoué ?
Dans la jungle des appellations
Parent ?
Enseignant ?
Un mutant ?
Créativité
Textes officiels
Foire aux questions
Liens utiles
Lexique

                    L'adulte surdoué                                                               Dominique Leblanc - 2012 - collège Mangin

 

(Synthèse, d'après Jeanne Siaud-Facchin "Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué")

 

 

 

     L'intelligence peut être quantitativement ou qualitativement différente. Mais dans un cas comme dans l'autre, il serait absurde de parler de précocité chez un adulte, dans la mesure où arrive un moment où le système neuronal est complètement développé : ce qui améliorera le fonctionnement de l'individu, à ce moment là, c'est l'utilisation qu'il fera de son intelligence, son expérience, son contexte de travail.

      Contrairement à l'idée reçue, on utilise pas "seulement" 10% de son cerveau (ce qui permet à chacun de se bercer de l'illusion qu'il dispose de vastes réserves inexploitées), mais bien 100%.
      Il se trouve simplement que les 90% "manquants" sont ce que l'on appelle l'inconscient, l'équivalent de la fameuse "matière noire" dans l'univers ; quand vous marchez, par exemple, votre cerveau gère cette activité, en même temps que vous réfléchissez à votre prochain exercice de mathématique, et alors même qu'une autre partie de votre cerveau travaille à surveiller la circulation pour vous éviter de vous faire écraser.

 

     Les recherches récentes dans le domaine des neurosciences semblent montrer que les surdoués n'ont pas plus de neurones que les autres, mais que la manière dont ils se connectent entre eux est différente. Le surdoué privilégie le cerveau droit ; la réponse aux problèmes est souvent trouvé par l'intuition, sans pouvoir toujours être expliquée facilement dans son cheminement. Il y a le problème, la solution, mais le corps principal du processus mental n'est pas clairement identifié, et sera parfois difficile à justifier. On est alors dans le domaine de l'intime conviction : "je sais que c'est comme ça", mais il me faut ensuite trouver des arguments pour justifier ma certitude auprès d'autrui.

 

     Alors, éternel Cassandre, le surdoué adulte (à moins d'être doté d'un rare charisme) risque d'apparaître comme un monsieur je-sais-tout prétentieux. Parce qu'à chaque argument, il est possible d'opposer un autre argument, alors que c'est précisément de la synthèse de mille petits faits, ressentis, "impressions" que notre surdoué tire sa certitude.

    Cela étant, et il est important de le souligner, celui qui est brillant n'est pas forcément surdoué ; certes, il est quantitativement plus intelligent que la moyenne, mais pas qualitativement ; son intelligence est de la même nature que celle des autres, elle est seulement plus efficace. De plus, il travaille énormément : tout l'y pousse : l'intelligence est un outil qui a besoin d'être appliqué à quelque chose.

 

 

    D'après Jeanne Siaud-Facchin, voici les principales caractéristiques de l'adulte surdoué, dont le profil, donc, ne recoupe pas complètement celui de l'adulte simplement "intelligent" :

 

 

- Il pense et raisonne différemment.

 

- Il ressent différemment son environnement.

 

- Il est très, voir trop hypersensible.

 

- Très empathique (capable de se mettre à la place d'autrui), il est également très émotif.

 

- Il a tendance à tout remettre, et tout le temps, en cause.

 

- il est d'une lucidité qui vire facilement au cynisme. Cela peut le rendre méprisant, en clair, il risque "la grosse tête".

 

- Conscient de ses limites, inhérentes à la nature humaine, il se trouve "nul", même si les autres le trouvent "intelligent". Cela, d'autant plus, s'il n'exerce pas une activité à la hauteur de ses possibilités.

 

- il conservera toute sa vie ce sentiment "d'étrangeté" , l'impression de ne pas être vraiment accepté, d'être à part et en marge, d'être "décalé même quand il semble intégré".

 

   L'intérêt pour les surdoués étant relativement récent, l'adulte surdoué, souvent, ne le découvre que sur le tard. Ou même jamais. Fréquemment, c'est parce que un ou plusieurs de ses enfants présente cette caractéristique qu'il est amené à se pencher sur son propre fonctionnement et à se poser la question : "Tiens, si j'étais surdoué moi aussi ?"

 

    De là à se précipiter chez un psychologue pour se faire tester, il y a un pas que peu franchiront : peur du ridicule, peur surtout de la blessure narcissique en cas d’erreur de diagnostic !

   Restent les tests sur internet : précisons-le tout de suite, les plus sérieux d'entre eux donnent à peine l'ébauche d'un diagnostic. 

 

 

   Une caractéristique de l'adulte surdoué, c'est d'être partout et nulle part. Il est multi-âge, dans le sens où sa perception du temps est très étendue. Il a son âge réel, en même temps il est toujours un enfant et déjà un vieillard. Victime d'une "faille spatio-temporelle" en quelque sorte !
Pas forcément très gai à vivre.

 

Et ses amours ?

 

     Le surdoué homme s'entend bien avec les femmes, le surdoué femme développe un côté masculin.

    Il semblerait aussi, mais c'est anecdotique, que les surdoués adultes deviennent plus souvent végétariens que le reste de la population.

 

 

 

Une description de Newton (J.P.Luminet, "la perruque de Newton"), qui résume assez bien le fonctionnement d'un surdoué de haut vol !

"Le monde l'ennuie. Foxcroft est certes un homme charmant, mais, comme avec tout autre interlocuteur, Newton n'a besoin que d'entendre deux ou trois mots pour deviner la totalité de son discours. Et lui même, quand il parle, ses pensées courent si vite qu'il va directement à la conclusion, alors que son interlocuteur n'a pas encore saisi l'introduction"