Vous n'êtes pas un surdoué ?
copyright 2007 - D.Leblanc
Accueil
Le QI
Etes-vous surdoué ?
Sûr d'être surdoué !
Ca se soigne ?
Pas surdoué ?
Adulte surdoué ?
Dans la jungle des appellations
Parent ?
Enseignant ?
Un mutant ?
Créativité
Textes officiels
Foire aux questions
Liens utiles
Lexique

                                                                                                                                           Dominique Leblanc - 2012 - collège Mangin

Vous n'êtes pas un surdoué


        Bienvenue au club ! Rien de grave, vous faites banalement partie des 98% de personnes «normales» ; votre QI se situe entre 90 et 125 et quoique vous fassiez, vous ne pourrez pas modifier ce score. L'intelligence n'est pas un muscle, s'en servir ne l'améliore pas; c'est une potentialité génétique : à vous d'exploiter au maximum votre capital initial. Et soyez déjà heureux de ne pas être en dessous de la norme.

     Cela ne signifie nullement que vous êtes condamné à vivre "moyennement"  : de nombreux paramètres conditionnent votre réussite (et encore faudrait-il définir ce qu'est une « réussite »).
   J'ai des élèves dont je sais qu'ils ont été testé avec un QI qui aurait du les faire orienter en section spécialisée (moins de 80), mais qui, grâce à leur personnalité, ont mieux réussi que d'autres, plus performants sur le papier mais qui ont baissé les bras.

   En fait, les enfants qui réussissent le mieux sont ceux qui ont une intelligence vive sans être exceptionnelle (115 par exemple), qui n'auront ni problèmes scolaires, ni problèmes relationnels. C'est dans cette tranche que se recrutent majoritairement les ingénieurs, les professeurs, les cadres en général (15% de la population).

    Mais vous pouvez toujours engloutir toutes les encyclopédies de la planète, vous n'en deviendrez pas plus intelligent pour autant : on ne peut pas devenir surdoué (mais on peut participer à « questions pour un champion », si l'on a la chance de disposer d'une bonne mémoire).
     Par contre, en vous cultivant, vous accroîtrez vos connaissances, et donc l'efficacité de votre raisonnement (un logiciel ne fonctionne pas sans données).

      Cela étant, il serait artificiel de faire des coupures trop nettes en fonction du QI : surdoué à 130, « moyen »  à 124. Ne serait-ce que parce que la mesure du QI elle-même n'est qu'un instrument fabriqué par les sciences humaines, un instrument approximatif qui définit une norme, et non un thermomètre d'une précision absolue.

    Par exemple, le même enfant testé à 130 chez un psychologue obtiendra peut être 120 chez un autre praticien (d'où l'intérêt d'effectuer au moins deux tests, si possible à un an de distance), et change alors de catégorie (sur le papier : en pratique, c'est le diagnostic qui accompagne le test qui compte).


 

Vous êtes un sous-doué...dites-vous peut-être (avec humour ou désespoir). Mais ça dépend probablement pour quoi faire ; il est évident que nous avons des domaines de compétence, des activités dans lesquelles nous réussissons mieux que dans d'autres. Encore faut-il avoir l'occasion de les pratiquer. Or, dans un contexte scolaire, vous vous mesurez pour l'essentiel à des activités d'ordre purement intellectuel, très normatives.

    Combien ai-je connu d'élèves authentiquement cancres, mais capables de tenir une conversation d'une étonnante maturité, et de faire des choix d'orientation parfaitement réfléchis et responsables  ?